Aller au contenu

Voyages 2008

Publié le 15 janvier 2012, mis à jour le 18 mai 2015

Décembre : gros succès pour le train du Père Noël

Texte de Daniel Violain

Ce mercredi 17 décembre, il y avait affluence en gare de Nantes, et on pouvait remarquer un nombre inhabituel d’enfants. C’est qu’au panneau des départs était affiché un train spécial : Le train du Père Noël. Sur le quai, tous les « agents de plateformes » de l’Association étaient à leur poste, pour accueillir les voyageurs, petits et grands, qui se pressaient pour monter dans les voitures, décorées de guirlandes et d’étoiles. Enfin, à 13h38 précises, le train s’ébranla, tracté par la 141 R 1199, tender en avant, nimbée du nuage de vapeur de ses purgeurs grands ouverts. Pour la circonstance, la machine était ornée d’un panneau « Joyeux Noël ». Les quatre voitures étaient complètes, remplies d’une foule joyeuse ignorant encore la destination du train.

En gare de Rezé-Pont Rousseau, le Père Noël, suivi de Saint Nicolas, firent leur apparition sur le quai et remontèrent tout la rame sous les applaudissements avant de prendre place à bord. Le train repartait à 13h58, à petite vitesse, tender avant oblige, mais surtout pour faire durer le plaisir. Dans les voitures, Saint Nicolas et le père Noël se taillaient un beau succès, sous les flashes des appareils photo. L’arrivée en gare de Bouaye fut très remarquée. Il y avait longtemps que cette modeste station n’avait vu une telle affluence ! Monsieur le maire était là, ceint de son écharpe tricolore, pour accueillir le train. Sécurité oblige, les bénévoles avaient fort à faire pour maintenir tout le monde dans les limites des quais, d’autant plus que la locomotive évoluait pour venir se remettre en tête de son train pour le retour.

Pendant ce temps avait lieu une distribution de chocolat chaud organisée par la ville de Bouaye, et de madeleines par l’Association. Après le passage de deux trains réguliers en direction de Sainte Pazanne, le train spécial reprit le départ pour Nantes, la locomotive cette fois attelée dans le bon sens. La voiture-expo était ouverte, le père Noël et Saint Nicolas parcouraient les voitures pour une distribution de friandises tandis que de charmantes hôtesses donnaient des cadeaux aux enfants. Peu avant 16 heures, tous étaient de retour à Nantes. Tout le monde était enchanté de ce voyage inhabituel que la « R » ne manquera pas de renouveler l’année prochaine avec une nouvelle destination.

Septembre : Un retour mouvementé après un beau dimanche à La Rochelle

Le voyage de ce dimanche 14 septembre avait pour thème « Le Grand Pavois », le salon nautique de La Rochelle (Charente-Maritime). Il avait démarré dans de meilleures conditions que celui de l’an passé, lequel, à cause d’un compresseur rétif, avait pris fin en gare de Nantes avant d’avoir même commencé. Cette fois, la loco était bien là, en tête de sa rame, chacun rejoignant sans encombre sa place numérotée. Le convoi partait à l’heure prévue, s’élançant dans une petite fraîcheur matinale entre les tout nouveaux
poteaux de caténaires redonnant un coup de jeune aux premières dizaines de kilomètres de cette bonne vieille ligne de Nantes à Bordeaux. La machine faisait « chanter » sa vapeur dans le vignoble, s’arrêtant à l’horaire prévu à Clisson puis à Montaigu pour y prendre ses passagers supplémentaires. A La Roche sur Yon, à la faveur d’un arrêt prolongé lui permettant d’aller faire de l’eau pour poursuivre sa route dans les meilleures conditions, les passagers étaient invités à venir prendre une collation offerte dans la voiture-expo,
avant de repartir vers Luçon puis La Rochelle. Vers midi, l’arrivée dans la belle gare rétro avait lieu au milieu des échafaudages car la superbe « marquise », cette immense verrière abritant les quais est actuellement en cours de totale réfection, toutes ses vitres étant retirées et son immense armature métallique soigneusement remise en état. Les passagers qui avaient choisi de visiter le salon nautique du « Grand Pavois » se lançaient dans un ourageux périple à pied autour du port tandis que d’autres partaient visiter la ville, ou profitaient des terrasses de restaurants sous les arbres, au bord de l’eau, pour déjeuner dans une ambiance estivale.

Tous se retrouvaient à la gare à l’heure fixée pour le retour, mais la « Belle Américaine » se faisait attendre. On apprenait qu’un petit souci déjà rencontré à La Roche sur Yon, se répétait à La Rochelle : le flux des points d’eau disponibles n’était pas aussi grand que celui autrefois en usage dans les gares, où les « manches à eau » avaient bien plus de débit. Il fallait attendre... Enfin tous repartaient sous ce soleil radieux, s’amusant de la stupéfaction des gens voyant passer la rame dans un superbe panache de fumée... A la Roche sur Yon, un nouvel arrêt d’une heure était prévu pour faire de l’eau, et l’on savait désormais que cela se ferait dans les mêmes conditions que précédemment. Mais les passagers qui les avaient commandé étaient occupés à aller chercher sur le quai leur plateau-repas, toujours aussi copieux et bien présenté qu’à l’habitude, retournant ainsi plus facilement vers leurs voitures pour dîner tranquillement en attendant le retour vers Montaigu, Clisson et Nantes. Entre temps, ils voyaient les très nombreux voyageurs Yonnais se presser sur les quais, attendant les TER et les rames Corail Inter-Cités reliant Nantes à Bordeaux, tractées par de belles locos Diesel qui ne sont plus elles aussi qu’un souvenir pour les habitués du TGV. Enfin, la rame s’élançait... pour freiner subitement après avoir quitté les emprises de la gare. Obéissant sagement aux consignes de sécurité, les
voyageurs attendaient patiemment, apprenant après quelque temps qu’un problème sur la machine obligeait la rame à revenir en marche arrière en gare de La Roche sur Yon, heureusement toute proche.

En fait, la dynamo alimentée en vapeur sur la machine pour lui fournir son électricité d’éclairage en cabine et pour ses feux avant ne fonctionnait plus correctement, il fallait la purger. Mais pour cela, il fallait monter sur le haut de la locomotive, ce qui était totalement impossible sous la caténaire déjà sous « tension d’essai » entre Nantes et la capitale vendéenne : il fallait dételer la machine et la mener sur une voie non électrifiée, ce qui prendrait un moment. Entre temps, un long Corail arrivait de Bordeaux. Les passagers de notre
rame étaient invités à y monter et son parcours était modifié pour s’arrêter à Montaigu et Clisson pour y laisser les personnes devant initialement s’y rendre avec les voitures de la « R ». Et c’est donc dans le confort feutré des voitures salons Corail Inter-Cités que ce terminait, avec une heure de retard, ce voyage en terre rochelaise. Un dénouement imprévu pour lequel toute l’équipe de l’Association tient à remercier ses passagers pour la compréhension et la gentillesse dont ils ont fait preuve face à cet imprévu. Et c’est avec soulagement que l’on apprenait, peu après l’arrivée à Nantes, vers 23 h, que l’équipe technique restée sur place avait réussi à remettre en route la « thermo-dynamo » et s’apprêtait, dans la foulée, à ramener la rame sur Nantes, essayant déjà ses freins. Tout est bien qui finit bien, chacun ayant somme toute apprécié cette équipée marquée sous le signe du « Grand Pavois ». Un grand merci, aussi, à toutes et tous les bénévoles qui, une fois encore, ont donné beaucoup de leur temps, de leur énergie et de leur gentillesse pour que ce voyage soit un plaisir pour tous.

Août : Un franc succès pour le voyage au cœur de la Vendée d’autrefois

Ce jeudi 7 août 2008 restera pour de nombreux Vendéens une date marquante, en particulier les jeunes et les enfants qui n’avaient vu une locomotive à vapeur que dans les films ou à la télévision. Partis de la gare de Nantes tôt le matin, les Nantais amateurs de retour dans le passé étaient accueillis très chaleureusement en gare de Challans où se déroulaient les festivités de la Foire d’autrefois, hommage aux traditions d’une région riche en histoire. Dans la journée, certains purent avoir la chance de prendre
le train entre Challans et Saint-Gilles Croix-de-Vie. D’autres, déçus car toutes les demandes n’ont pu être satisfaites (une seule navette avait pu être organisée sans gêner le trafic voyageurs, important en cette période estivale) se sont consolés en se promettant de participer au voyage de Nantes à La Rochelle le 14 septembre prochain. La Vendée que parcourra à nouveau la rame ce jour-là, n’a pas été oubliée : il sera possible de prendre le train en aller-retour au départ de Montaigu et de La Roche-sur-Yon.

Juin : une voiture-expo entièrement rénovée pour un voyage réussi à Saint-Malo

C’est une voiture-expo totalement remise à neuf et réaménagée qui accueillait visiteurs et passagers lors du voyage aller-retour du 1er juin entre Nantes et St-Malo via Rennes. Outre l’aspect extérieur rendu à sa livrée d’origine d’un beau rouge carmin, la voiture hébergeant la Boutique est désormais dotée de plusieurs coins salons confortables permettant de s’assoir et de discuter tranquillement, tout en admirant une décoration murale entièrement nouvelle. L’éclairage comprend des petits spots halogènes qui donnent à l’ensemble une luminosité exceptionnelle.
L’éclairage de secours sur batteries, entièrement repensé lui aussi, donne des résultats tout autant surprenants. Des photos montrant ces superbes travaux réalisés par les bénévoles seront bientôt visibles dans cette rubrique.

Partis de Nantes sous le crachin et arrivés à Rennes sous un ciel gris, les voyageurs du 1er juin étaient réconfortés par du café chaud et une collation offerts par les bénévoles dans la voiture-expo. L’arrivée à Saint-Malo sous
un soleil radieux, en fin de matinée, permettait à chacun de suivre les conseils de promenades donnés pendant le trajet grâce à la sonorisation des voitures. A Rennes, l’arrivée de la rame n’était pas passée inaperçue, donnant
une fois encore à cette belle gare TGV très moderne un moment surprenant de retour à l’époque de la vapeur ! Pour des raisons techniques liées à l’impossibilité de retourner la « R » à Saint-Malo, une locomotive électrique
était placée devant celle-ci et annonçait joyeusement dans les gares du parcours l’arrivée de ce convoi original.

Dans l’ancienne capitale bretonne comme dans la vieille cité des corsaires, la « R » et son équipage se sont taillé un franc succès, les visiteurs se pressant sur le quai, sur la plateforme de la machine et dans la boutique. En fin d’après-midi, sous les applaudissements d’une foule d’admirateurs dispersée le long du quai, la « R » repartait seule en tête de sa rame vers Rennes où, sous le regard envieux des voyageurs repartant pour Paris, les passagers regardaient leur machine manœuvrer pour repartir en tête du convoi de retour vers Nantes. Certains mettaient à profit cette longue attente pour visiter les beaux quartiers du centre-ville tout proche.

Peu après le départ, ceux qui avaient choisi de dîner à bord allaient chercher à la voiture-expo leurs copieux plateaux-repas, distribués dans la bonne humeur et avec une organisation appréciée de tous. L’arrivée à Nantes avait lieu à l’heure prévue, chacun se promettant de « remettre ça » avec le voyage pour Challans le 7 août !

Nous remercions nos partenaires